• Ouest-France du 05 mai 2011,
    "François Perrot, l'émotion à fleur de texte" par Caroline Dejean

 
François Perrot, l'émotion à fleur de texte
Le texte Gratte-cul avait eu le premier prix de l'Anjou en 2008. Aujourd'hui, c'est un album du même nom.

Des textes travaillés comme le faisaient les Brassens ou les Brel, l'air de rien, sans qu'on décèle le travail, derrière des paroles où l'on croise l'humour, cette politesse du désespoir, la révolte, la poésie, des petites histoires que François Perrot nous chante, livrant son univers. "Mais j'usine comme un fou pour écrire une chanson ! Il me faut deux mois ! S'il n'y a pas d'exigence esthétique autant rester coucher chez moi"
L'auteur se balade sur les radios, Sous les étoiles exactement à France Inter, Radio Aligre à Paris, mais on l'a entendu aussi à l'Avant-scène, à l'Autrement Café … ou ailleurs. Il raconte ses débuts. L'Algérie, l'arrivée en France, les cours de piano, improvisation, jazz, écriture : "J'étais dans une baignoire. Excusez, ça fait un peu Archimède, mais je râlais contre le hit-parade et donc je me suis dit : j'ai deux solutions, où tu continues toute ta vie à râler, ou tu prends ton crayon ". L'humour, à tous les détours de ses phrases.
Depuis il ne l'a pas lâché, son crayon. L'oiseau est exigeant, il écrit, il chante et le musicien de jazz qu'il est, sait s'entourer d'excellents musiciens qui manient dans la pure tradition d'une chanson française ciselée, texte et musique peaufinés pour des chansons qui tournent en boucle dans la tête …
Gratte-cul, en vente à la FNAC, Leclerc Camus et Hyper U à Murs-Erigné.